RAPPORT DE L’ATELIER RELATIF A LA REDACTION DU DOCUMENT DE STRATEGIE NATIONALE DE LA BONNE GOUVERNANCE

HABG 4 JOURS (10).JPGDu 05 AU 08 Décembre  2017, s’est tenu dans la salle de conférence de l’Hôtel SOMBA, un Atelier de formation des Hauts Commissaires, membres de la Haute Autorité Chargée de la Bonne Gouvernance sur la rédaction du Document de Stratégie Nationale de la Bonne Gouvernance de la République Centrafricaine.

Organiser par la Haute Autorité Chargée de la Bonne Gouvernance, avec l’assistance technique et financière du Centre pour le Dialogue Humanitaire(CDH), cet atelier a connu aussi la participation du personnel administratif, nouvellement nommé pour le bon fonctionnement de ladite institution.

Environ une trentaine de personnes ont pris part à cet Atelier.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence de son Excellence Madame Eugénie  Lucienne NBGONDO,  Ministre Chargée des relations avec les Institutions qui a bien voulu honoré de sa présence, malgré ses multiples préoccupations, de Monsieur Peter NSENKENG, chef de mission du Centre pour le Dialogue Humanitaire et de monsieur Vincent KAVEKE consultant  International venu pour la circonstance.

Deux allocutions ont été prononcées  lors  de  l’ouverture  de  l’Atelier.

La première est celle de Monsieur Peter NSENKENG, chef de mission du centre de Dialogue Humanitaire.

Dans son allocution, l’orateur a édifié l’assistance sur l’importance de la Haute Autorité Chargée de la Bonne Gouvernance, qui est un indicateur non seulement de renforcement de la confiance entre les citoyens et les administrations. Mais surtout un espace de dialogue dans le calme et le respect mutuel.

Selon le chef de mission du Centre, à travers la Bonne Gouvernance, les ressources du pays seront certes partagées de manière équitable a-t-il poursuivi.

La deuxième allocution concerne celle de Monsieur Guy Eugène DEMBA,  Président de la Haute Autorité Chargée de la Bonne Gouvernance.

Dans  son discours, il a tout d’abord souhaité la bienvenue en terre Centrafricaine à Monsieur  Vincent KAVEKE, consultant International et a exhorté tous les membres de la Haute Autorité Chargée de la Bonne Gouvernance, le personnel administratif, d’être assidus et attentifs  en vue de bien cerner les outils d’identification et de formulation des indicateurs. Car les objectifs spécifiques de cet atelier a-t-il poursuivi, nous permettront d’être aguerris d’outils importants pour une efficacité et une efficience dans notre mission dévolue par la loi  organique.

 Tout en  souhaitant plein succès aux travaux, il a déclaré ouvert l’atelier d’appui technique des Hauts Commissaires, membres de la Haute Autorité Chargée de  la Bonne Gouvernance.

Après le retrait des officiels, le présidium  de l’Atelier a été mis en place  et est composé  de :

Président : Mr Léon MBAÏKOUA

Vice – président : Mr Rémy YAKORO

Rapporteur Général : Mr Dieudonné NGBOKOLI  SIOKOUBA

Rapporteur Général Adjoint : Mme Victorine  GAZA

A la reprise des travaux, la journée du 05 Décembre a été consacrée à la première partie de la présentation portée sur les axes de la bonne Gouvernance. De cette communication, il ressort  que les axes de la Bonne Gouvernance  sont de trois types :

-L’Etat

– Le secteur privé

– La société civile

Le second exposé a porté sur les quelques éléments de la Bonne Gouvernance. Il  est à noter que  ces éléments de la Bonne Gouvernance impliquent :

– la participation

– L’état de droit

– La transparence

– la recherche du consensus

– l’équité

– l’efficacité et la productivité

– l’obligation de rendre compte

– la vision stratégique

Il est ressortit de cette présentation que  la vision stratégique  nécessite d’avoir une perspective élargie, à long terme de la Bonne Gouvernance et du Développement Humain. Cette vision nécessite aussi une bonne appréhension de la complexité historique, culturelle et sociale, qui constitue l’ensemble des fondements de la perspective.

Cependant, ces éléments disposent a-t-il poursuivi des caractéristiques essentielles qui doivent correspondre à l’idéal et  sont interdépendantes.

Des images montrant la différence entre l’égalité et l’équité ont été projetées afin de facilité  une meilleure compréhension de ces deux concepts

L’après–midi de la première journée a été marqué par la présentation des modules sur les Fondements de la Bonne Gouvernance.

Selon le consultant, ses fondements sont de deux niveaux, à savoir :

  1. Les fondements impératifs qui regroupent :
  1. La démocratie
  2. La citoyenneté
  3. La civilité et le civisme
  4. La globalité
  5. L’universalité
  • Les fondements constitutifs de la bonne gouvernance à savoir :

1-La crédibilité

2-La réceptivité active

      3-L’effectivité

     4-La transparence

      5-La responsabilité

Des débats et échanges fructueux ont conduit à la mise en place des groupes de travail.

L’Atelier N°1 : a permis de distinguer 4 groupes  pour réfléchir et expliquer les concepts de la Bonne Gouvernance.

 Il s’agit du :

      –     groupe des étudiants ;

      –     groupe des dames du marché ;

  • groupe des députés et aux cadres de la fonction publique ;
  • groupe des organisations de la société civile ;

Des échanges en plénière sur les travaux de groupe ont permis une meilleure compréhension des concepts par les participants.

L’Atelier N°2 :   Quatre commissions ont été mise en place et ont travaillé sur les différents thèmes suivants :

Groupe 1 : Quelle est la contribution de la Haute Autorité Chargée de la Bonne Gouvernance dans le déploiement de l’administration sur le territoire ?

Groupe 2 : Le rôle la Haute Autorité Chargée de la Bonne Gouvernance dans la consolidation de la paix?

Groupe 3 : Quelle sera la contribution de la Haute Autorité Chargée de la Bonne Gouvernance  pour que les ressources de notre sous-sol nous profitent ?

Groupe 4 : Que dire aux citoyens qui doutent de l’indépendance de la Haute Autorité Chargée de la Bonne Gouvernance ?

La perception des différentes commissions a été présentée en plénière et des amendements, contributions des uns et des autres, ont permis d’améliorer les différents thèmes et préoccupations des groupes. L’’objectif de ce travail permettra d’avoir une meilleure visibilité de ces thèmes à l’avenir d’une part et d’autre part, de pousser les réflexions afin de prouver à toute la population que la Haute Autorité Chargée de la Bonne Gouvernance  est une Institution technique et objective.

Les travaux ont repris le mercredi 06 Décembre par la présentation des modules sur les indicateurs de la Bonne Gouvernance, les indicateurs et le tableau de bord. Ainsi  il est important de distinguer quelques démarches à suivre.

Concernant les indicateurs de la Bonne Gouvernance, comment  les identifier ?

Selon l’orateur, la logique de la démarche consiste à  mettre en exergue les pouvoirs, les politiques et autres, en insistant sur les notions suivantes : prévoir, agir, contrôler et réagir. A cet effet nous pouvons déduire ce qui suit :

-Agir puis Réagir, répond à la logique de l’action

-Prévoir puis Contrôler, répond à la logique de contrôle

En d’autres termes, l’absence de système de mesure est une carence à la mise en œuvre d’une activité donnée.

Pour les Indicateurs et les tableaux de bord, ces deux concepts vont de pairs et ceci à travers les propriétés et méthodes qui leurs sont associés. Car le tableau de bord est un instrument de mesure et de prise de décision.

Compte tenu ce qui précède, la démarche à suivre dans le choix des indicateurs consiste à définir la finalité, dont le but principal consiste à déterminer les différents  facteurs clés et des paramètres mesurables.

Atelier 3 : L’Atelier 3 a permis à chaque commission de :

– Ressortir selon les missions qui leurs sont assignées, les différents buts possibles ;

– Déterminer les facteurs clés  possibles ;

–  Identifier les paramètres mesurables ;

–  Proposer des indicateurs  objectivement vérifiables ;

La restitution des travaux abattus par les différentes commissions  en plénière, des débats contradictoires riches en expériences qui se sont poursuivi, ont permis à chaque commission de reformuler les buts, de recevoir  les contributions des autres participants afin d’améliorer ledit travail et permettre son adoption.

La journée du 07 Décembre 2017 a démarré par un exercice  permettant de relier neuf points tout en ayant en  esprit  de sortir  de son cadre pour s’inspirer ce qui se passe ailleurs, très important en vue d’atteindre les objectifs fixés.

Par la suite le consultant a repris  la présentation par l’exposé sur les  qualités indispensables d’un indicateur, à savoir :

  • La Simplicité
  • La Représentativité
  • L’Opérationnalité

Atelier 4 : L’après-midi de la journée du 7 était consacré  à la poursuite de  La formulation des  différents buts  qui ont permis aux commissions d’avoir 3 à 4 buts possibles en vue de mener à bien les missions assignées à la Haute Autorité chargée de la Bonne Gouvernance.

Les travaux de la quatrième journée c’est-à-dire le 08 Décembre 2017,  se sont poursuivis  en commission et en plénière  sur les différents buts et ont permis  d’identifier des indicateurs  objectivement vérifiables.

Des débats et échanges contradictoires ont été riches en enseignements, lesquels ont permis de proposer des amendements et formuler des recommandations.

C’est sur une note de satisfaction que les travaux ont pris fin à 16h00mn.

                                                                     Fait à Bangui, le 08 Décembre 2017

                                                                                       Le rapporteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *