MOTS DE BIENVENUE DU PRESIDENT DE LA HAUTE AUTORITE CHARGEE DE LA BONNE GOUVERNANCE A L’OCCASION DE L’ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES SUR « LES DROITS DE L’HOMME ET BONNE GOUVERNANCE RELATIFS AUX MINORITES MARGINALISEES »

• Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;
• Madame la Ministre chargée des Relations avec les Institutions de la République ;
• Monsieur le Chef de Division des Droits de l’Homme de la MINUSCA ;
• Madame et Messieurs les membres du Bureau Exécutif de la Haute Autorité chargée de la Bonne Gouvernance ;
• Mesdames et Messieurs les Hauts Commissaires ;
• Mesdames et Messieurs les membres du Cabinet de la Haute Autorité chargée de la Bonne Gouvernance ;
• Distinguées personnalités en vos rangs, qualités et grades ;
• Mesdames et Messieurs ;
• Chers participants.
A l’ouverture de cet atelier de renforcement des capacités sur : « Les Droits de l’Homme et Bonne Gouvernance relatifs aux Minorités Marginalisées », il m’est particulièrement agréable d’adresser à vous tous qui avez répondu présent à notre invitation, mes chaleureuses salutations et une cordiale bienvenue.
Loin de constituer une simple marque de politesse, votre présence ici, est à la juste mesure de l’importance que vous, en particulier et tous les Centrafricains en général, accordent à la question des droits des Minorités marginalisées, surtout dans le contexte actuel de recherche de la paix et de la cohésion sociale dans notre pays. Soyez-en donc sincèrement remerciés.
• Chers participants,
• Mesdames et Messieurs.
La problématique relative aux minorités qui va nous réunir durant quatre jours, est une question qui a toujours posé d’énormes difficultés dans notre pays. C’est pourquoi le constituant, en l’abordant, a assigné à l’Etat à travers l’article 6 alinéa 2 de la Constitution du 30 mars 2016, la ferme mission d’assurer la protection renforcée des droits des minorités.
C’est dans cette optique que le Document de Stratégie Nationale de Bonne Gouvernance, en conformité avec la volonté populaire des Centrafricains, exprimée à travers les recommandations du Forum National de Bangui, la Constitution du 30 mars 2016, ainsi qu’à travers l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation (APPR-RCA), se pose un cadre référentiel de promotion de la bonne gouvernance en général et de la protection des personnes vulnérables et des minorités marginalisées en particulier.
Il ne fait aucun doute que la bonne gouvernance appelle à la répartition équitable des ressources de notre pays, mais elle implique aussi et surtout que cette répartition ne peut se faire sans la participation effective des minorités marginalisées.
C’est justement pourquoi, l’une des missions dévolues à l’Institution de la Bonne Gouvernance par la Loi Organique et son Règlement Intérieur, est de contribuer à la protection et à la promotion des droits des minorités, des peuples autochtones et des personnes handicapées et/ou âgées.
Ainsi en vue d’aider la HABG à apporter une réponse constructive à cette question de la marginalisation des minorités dans notre pays, la section des Droits de l’Homme de la MINUSCA a jugé à bon escient d’apporter l’appui financier nécessaire à l’organisation de ce séminaire de quatre (04) jours, suite à une demande exprimée par l’Institution.
C’est ici le lieu de saluer l’exaltante relation de coopération qui existe entre la HABG et la MINUSCA à travers sa Division des Droits de l’Homme, et de remercier Monsieur le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Chef de la MINUSCA pour l’attention particulière qu’il accorde aux préoccupations exprimées par l’Institution.
• Distingués participants ;
• Mesdames et Messieurs.
L’objectif général visé par l’organisation de ce séminaire est, non seulement d’assurer la promotion et la protection des minorités marginalisées en Centrafrique, mais aussi et surtout d’encourager leur implication de plus en plus dans la prise des grandes décisions les concernant et concernant leur environnement de vie.
D’une manière spécifique, il sera question de renforcer les capacités des minorités marginalisées en vue de les rendre capables d’intégrer les instances de décisions pour apporter leur contribution en matière de gouvernance dont a tant souffert notre pays.
• Chers Participants
Durant les quatre jours de travaux, vous serez entretenus par d’imminents orateurs sur les thématiques hautement importantes que sont :
– la définition et l’importance des minorités marginalisées ;
– les Droits des minorités marginalisées ;
– la problématique de la marginalité aux regards des minorités dans notre pays ;
– la Bonne Gouvernance appliquée aux minorités marginalisées.
Par ailleurs, vous aurez à réfléchir aux voies et moyens d’accompagner la création de la plateforme des minorités marginalisées par tous les acteurs concernés.
C’est pourquoi, la participation de tous et de chacun s’avère indispensable.
En terminant mes propos, voudrais-je vous souhaiter au nom de la Haute Autorité chargée de la Bonne Gouvernance et à mon nom propre, mes vœux de bonheur et de réussite dans vos entreprises pour cette nouvelle année.
Tout en souhaitant plein succès aux travaux, je déclare ouvert l’Atelier de renforcement des capacités sur « les Droits de l’Homme et Bonne Gouvernance relatifs aux minorités marginalisées ».
Je vous remercie de votre aimable attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *